Accueil

Prière islamique : les responsables politiques doivent savoir 

L’ASVI soutient l’action entreprise par Alain Jean-Mairet visant à sensibiliser les députés et procureurs cantonaux aux discriminations inhérentes au culte musulman, notamment par le biais de la récitation publique de la prière Fatiha, septième verset du premier chapitre coranique.

La Fatiha est répétée au moins 17 fois par jour dans les prières du musulman pieux. Il implore Allah de le maintenir «dans le droit chemin» et de ne pas le diriger vers ceux contre lesquels Allah  «est en colère», ou vers «les égarés». Soit les juifs et les chrétiens selon la totalité des exégèses reconnues* dans le monde musulman, ce que documente la brochure «La Fatiha et la culture de la haine» de Sami Aldeeb, disponible gratuitement sur son site.

Alain Jean-Mairet s’est lancé dans une vaste entreprise à ce sujet. Il a dénoncé aux procureurs cantonaux les mosquées et organisations musulmanes qui inculquent cette discrimination des non-musulmans, en joignant un exemplaire de la publication de Sami Aldeeb. Il s’est adressé ensuite, brochure à l’appui, à tous les députés cantonaux.

La question de savoir qui est visé par la Fatiha est un secret de Polichinelle. Tous les musulmans savent que ce sont les juifs et les chrétiens* et leurs responsables religieux ne vivant pas en Occident le confirment tous les jours. Quant aux imams de Suisse, s’ils ne l’avouent pas en public, ils le confirment volontiers dans leurs enseignements et dans des discussions informelles. L’«expertise» demandée par le procureur général adjoint de Fribourg Markus Julmy conclut pourtant que les exégèses sont multiples et variées et que le travail de Sami Aldeeb n’a rien de scientifique. Ce document de Rachid Benzine et Mallory Schneuwly Purdie est une vaste tromperie. Le procureur a d’ailleurs, curieusement, refusé de le rendre public.

Selon l’ASVI, cet exemple est caractéristique de l’attitude des musulmans et de leurs imams vivant dans des pays où l’islam est minoritaire. Plutôt que reconnaitre sincèrement et publiquement les contenus injustifiables de leurs textes et expliquer qu’ils n’y adhèrent plus, ils nient ces contenus. Notre association entend lutter sans répit contre ces dénis.

Les incitations publiques perpétuelles des imams à la stigmatisation de ceux qui ne partagent pas leur foi bafouent l’article 261 bis du Code pénal suisse qui interdit les appels publics à la discrimination basée sur l’appartenance religieuse. De plus, elles nourrissent la méfiance, voire l’hostilité d’une part croissante de la population musulmane vivant dans notre pays à l’égard des non-musulmans et contribuent ainsi au renforcement du communautarisme.

A l’heure où la radicalisation croît, notamment chez les jeunes, et au vu de ce qui se passe dans les pays arabo-musulmans, promouvoir la transparence et le respect de nos lois au niveau de l’enseignement des imams et des mosquées à propos des discriminations de leurs textes est une exigence absolue. Inversement, s’en désintéresser c’est prendre le risque de laisser le champ libre à l’extension du radicalisme. C’est la raison pour laquelle notre association demande aux autorités politiques cantonales d’intervenir auprès des recteurs des mosquées et des imams du canton afin de mettre fin au dénigrement systématique des non-musulmans pendant le culte et les enseignements islamiques.

* Sur la chaîne Hayat TV, « Frère Rachid », ex-musulman, atteste que la Fatiha cible bien les chrétiens et les juifs (minute 3:57)

Nous vous encourageons à écrire à vos députés à ce sujet et vous proposons un modèle de lettre.

Vous aussi, agissez!

Signez et faites signer l’initiative contre le niqab ("burqa")

Cette initiative s’adresse aux citoyens et citoyennes de nationalité suisse. Son but est l’interdiction au niveau fédéral de la burqa, du niqab et de tous les autres vêtements qui dissimulent le visage.

Vous pouvez télécharger les feuilles de signatures en cliquant sur ce lien :

http://interdiction-dissimuler-visage.ch/data/documents/unterschriftenbogen-fr.pdf

Vous pouvez commander par la poste des feuilles de signatures :

http://www.interdiction-dissimuler-visage.ch/signer/

Vous pouvez soutenir financièrement l’initiative :

http://www.interdiction-dissimuler-visage.ch/soutien/

Infos sur l’initiative : 
http://www.interdiction-dissimuler-visage.ch/

 

 

Avis d'ASVI

Vous avez dit interdiction ?

On entend parfois « Je suis contre le voile intégral, mais aussi contre son interdiction ».

Le voile intégral est le symbole et l’un des supports de l’islam, donc d’une religion-idéologie-législation qui elle-même interdit beaucoup.

Qui interdit de la quitter. Même dans le « monde libre » ou aucun ex-musulman n’ose plus afficher trop ouvertement ses convictions.

Qui interdit de s’en moquer. Même dans nos contrées ou plus aucun dessinateur n’a osé caricaturer Mahomet depuis le massacre des journalistes de Charlie Hebdo.

Et la liste est encore longue…

L’islam nous impose déjà partiellement sa loi. Non par des interdictions légales, démocratiques, assorties de sanctions pécuniaires. Mais par des interdits absurdes dont la violation est passible… de mort.

Et il ne faudrait pas résister ?

À vous la parole

Un lecteur nous a envoyé ces quelques lignes que nous publions avec plaisir. Leur auteur sera le bienvenu s’il nous contacte.

 

Double standard: classique et exaspérant...

 

Une chrétienne qui veut que son mari se convertisse au christianisme est une intégriste

Une musulmane qui veut que son mari se convertisse à l’islam est une modérée

 

Un chrétien qui refuse que ses enfants quittent le christianisme est un extrémiste

Un musulman qui refuse que ses enfants quittent l’islam est un modéré

 

Un chrétien qui ne mange pas de viande le vendredi est un fondamentaliste

Un musulman qui ne mange pas de porc est un modéré

 

Un chrétien qui fait le carême est un grand pratiquant

Un musulman qui fait le ramadan est un modéré

 

Un chrétien qui ne veut être entouré que de chrétiens et vivre selon sa foi est un intégriste

Un musulman qui ne veut être entouré que de musulmans et vivre selon sa foi défend sa culture

 

Un chrétien qui insulte les juifs, les femmes et les homosexuels est un fasciste

Un musulman qui insulte les juifs, les femmes et les homosexuels fait de l’humour (Mehdi Meklat) ou de l’art (rap)

 

Un curé qui abuse d’une enfant de 9 ans est un salopard

Un imam qui abuse d’une enfant de 9 ans se comporte comme son prophète

 

Un journaliste qui défend les chrétiens est d’extrême-droite

Un journaliste qui défend les musulmans est un humaniste

 

Signé : un Genevois fatigué d’entendre toujours les mêmes âneries

Nouvelles du Moyen-Orient

Il ne fait pas bon être de religion baha’ie en Iran

Le mercredi 14 juin, faisant le tour des sites d’informations, je suis tombé sur un article de la BBC en farsi (persan) au sujet d’un meurtre. Traduction ICI.

A première vue, rien de nouveau : tous les jours des Iraniens se font tuer par le gouvernement sans motifs valables. Mais à y regarder de plus près, cet acte barbare illustre bien la nature profonde de l’islam et surtout de son livre saint.

La BBC rapporte que dans la ville de Yazd, deux assassins viennent d’être libérés sous caution au bout de quelques mois. Et ce alors qu’ils ont toujours admis avoir tué un homme à cause de sa religion, en l’occurrence baha’ie, et déclaré qu’ils recommenceraient à peine sortis de prison.

Enfant, j'ai suivi des cours de religion islamique. Nous récitions notamment ces versets:

Al Imran (famille Imran), 3:85

ومن يبتغ غير الاسلام دينا فلن يقبل منه وهو في الاخرة من الخاسرين 

Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants.

Al Tawbeh (la repentance), 9:5

فَإِذَا انسَلَخَ الْأَشْهُرُ الْحُرُمُ فَاقْتُلُوا الْمُشْرِكِينَ حَيْثُ وَجَدتُّمُوهُمْ وَخُذُوهُمْ وَاحْصُرُوهُمْ وَاقْعُدُوا لَهُمْ كُلَّ مَرْصَدٍ ۚ فَإِن تَابُوا وَأَقَامُوا الصَّلَاةَ وَآتَوُا الزَّكَاةَ فَخَلُّوا سَبِيلَهُمْ ۚ إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ - 9:5

Après que les mois sacrés expirent, tuez les infidèles où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakât, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

(Source : www.quran.com)

Ce qui dérange le plus quelqu’un comme moi, issu d’un mariage mixte entre un Moyen-Oriental (musulman) et une Européenne (chrétienne), c’est l’incapacité générale des Occidentaux, Américains, Canadiens, Français, Britanniques, Suisses, Allemands et Scandinaves (mais pas des Japonais, qui interdisent l’islam sans le déclarer ouvertement), à ouvrir les yeux sur l’islam. Les féministes par exemple se jettent avec hargne sur tout sujet qui les dérange dans le monde masculin occidental, mais sous prétexte de multiculturalisme, elles tolèrent les pratiques obscurantistes inspirées par le Coran.

Et que dire du clientélisme des politiques, qui souvent courtisent les musulmans pour obtenir leurs voix, ou préfèrent se taire en espérant que l’agitation finira par s’estomper ?

Au printemps 1979, certains Iraniens ont lâchement dit à leurs femmes de se couvrir la tête pour sortir dans la rue, afin d’éviter les problèmes. Et quand elles ont manifesté pour ne pas porter le voile, elles se sont fait tabasser deux fois : par la police des mœurs, et par leur mari, frère ou père, pour avoir mis en danger la famille avec leurs revendications.

L’acte barbare rapporté par la BBC devrait faire taire nos politiciens et nos intellectuels qui se targuent d’être éclairés et pleins de bon sens, répétant que l’islam n’a rien à voir avec les multiples exactions qui se pratiquent en son nom.

Voici un pays, l’Iran, dont la Constitution est basée sur la charia, et qui, reconnaissant seulement l’islam, le judaïsme, le christianisme et le zoroastrisme, ne protège pas ses citoyens d’autres confessions et néglige de punir leurs persécuteurs, encourageant ainsi le meurtre de « mécréants ».

Cette histoire malheureuse ne doit pas faire oublier tous les chrétiens, yézidis, baha’is et autres minorités religieuses persécutées sur les territoires de Daech, en Arabie Saoudite, en Iran... Il est impossible de distinguer l’islam de l’islamisme. Le Coran peut conduire tout musulman qui veut suivre à la lettre ses préceptes à devenir un assassin.

Je tremble en pensant au jour où les djihadistes voudront envahir des pays bouddhistes comme la Thaïlande, le Vietnam ou le Bhoutan. Les bouddhistes n’ont pas de livre sacré et ne croient pas en un dieu unique et universel comme dans les trois religions sémites : judaïsme, christianisme et islam. De ce fait, comme les hindous, ils sont condamnés à mort, alors qu’ils font partie des peuples les plus pacifiques.

Le jour où nous cesserons de pratiquer des accommodements avec l’islam en espérant le calmer, et où nous le combattrons en confrontant les musulmans à leurs actes barbares, nous ferons un grand pas vers la fin des guerres au Moyen-Orient.

Paix à M. Amiri et à toutes les victimes des fous d’Allah et de la lâcheté de nombreux dirigeants occidentaux. En espérant que leur mort servira à amener un peu de lumière dans la tête des musulmans et dans celle de nos bien-pensants. 

Dariush