Accueil

Dhimmis d'Or 2015

Le terme "dhimmi" est un mot arabe désignant, dans les pays arabo-musulmans, le citoyen non musulman. S’appliquant essentiellement aux chrétiens et aux juifs, que les musulmans appellent aussi "gens du Livre", il les renvoie à leur condition subie d’infériorité de droit ou de fait. Il est exigé du dhimmi, gouverné par la peur et n’ayant pas d’autre choix, de témoigner régulièrement devant les musulmans de l’intériorisation de sa condition humiliante en se soumettant aux avanies que lois et coutumes islamiques ont prévues pour lui. Quant aux athées, polythéistes, animistes, hindouistes, bouddhistes, yézidis et autres, leur sort est encore moins enviable que celui des "gens du Livre" : leur existence en terre d'islam n'est tout simplement pas envisageable d'après le Coran.

En Suisse comme en Europe, la plupart de nos élites politiques, économiques, intellectuelles et médiatiques, sont devenues des dhimmis virtuels et volontaires à force de se plier aux exigences islamiques, lesquelles s’opposent pourtant à nos valeurs démocratiques. L’ignorance, la naïveté, la repentance, l’électoralisme, l’appât du gain, ou bien la lâcheté, expliquent ce comportement.

Si rien n’est entrepris pour faire prendre conscience à ces élites de leur irresponsabilité, l’islamisation de notre continent va s’accélérer et toute sa population connaîtra un jour la terrible servitude du statut de dhimmi réel.


Lauréat pour la Suisse :

Le Tribunal fédéral qui a invalidé l'interdiction du foulard islamique, signe de discrimination des filles et frein à l'intégration, par le cercle scolaire de St. Margrethen (canton de Saint-Gall)


Lauréate pour l’Europe :

Henriette Reker, la maire de Cologne, pour avoir dit que si les femmes allemandes veulent éviter d'être agressées sexuellement par les hommes musulmans, elles doivent « se tenir à une certaine distance qui est plus grande que la longueur d’un bras »

 

Nous n’avions que l’embarras du choix, tant le monde politique, médiatique et intellectuel fait preuve de servilité vis-à-vis de l'islam. Voici la liste des autres nominés …

… pour la Suisse :

- La députée PS/VD Cesla Amarelle
qui ne veut pas refuser l'asile aux terroristes islamistes

- La conseillère fédérale PS Simonetta Sommaruga qui veut accueillir plus de réfugiés

- La directrice de la Commission fédérale contre le racisme Martine Brunschwig-Graf (PLR) qui confond critique de l'islam et racisme, et qui ne voit ni violence ni discriminations dans le Coran

- Pascal Couchepin (PDC), ancien président de la Confédération, qui affirme que la Suisse n'a pas d'autre choix que d’accueillir encore plus de migrants, sachant pertinemment que la plupart sont musulmans
 

- Laurence Bézaguet, journaliste de la Tribune de Genève, qui prétend que les jeunes musulmans de Genève partant faire le djihad pour l'Etat islamique sont avant tout des humanistes
 

… et pour l'Europe :

- Matthew Henman, du centre londonien IHS Jane's 360, spécialisé dans les questions de défense, pour avoir prétendu que la France est «une cible... aussi en raison des mauvais traitements présumés et des discriminations contre la minorité musulmane dans le pays»

- L'Institut Montaigne pour avoir sous-entendu que la vague de terrorisme islamique ayant frappé la France en 2015 s'explique par les discriminations infligées aux musulmans dans l'Hexagone : «Quant aux cinq millions de musulmans qui vivent en France, ils souffrent de nombreuses discriminations, notamment à l'embauche»

- Raphaël Liogier, sociologue et professeur à l'université Sciences Po Aix pour avoir implicitement justifié les attaques des terroristes musulmans en France: « La France est le pays où il y a le plus de frustrations par rapport à ce débat sur l'islam (...). Ça rend désirable plus qu'ailleurs chez les jeunes d'entrer dans le processus d'embrigadement»  (déclarations de M. Henmann, R. Liogier et l'Institut Montaigne dans cet article)

- La RATP devenue une entreprise publique française islamo-compatible

- La Vice-premier ministre suédoise Åsa Romson qui a le cœur brisé de ne pas pouvoir accueillir toute la misère musulmane du monde dans son ex-beau pays

 

Les deux lauréats seront prochainement informés de notre choix et recevront comme prix un exemplaire du livre de Bat Ye'or «Juifs Et Chrétiens sous l'islam - Face au danger intégriste». Ce livre les instruira sur la condition humiliante des chrétiens et des juifs dans les pays musulmans à travers les âges. Nous espérons que cet ouvrage les fera réfléchir sur leur acceptation et intériorisation des inacceptables préceptes islamiques qui leur confère leur condition de dhimmi virtuel. 

 

Lettre à Gilbert Kolly, président du Tribunal fédéral avec copie au vice-président, aux 37 juges fédéraux ainsi qu'à Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale en charge du département de justice et police

 

Lettre à Henriette Reker, maire de Cologne (prochainement mise en ligne)

mises à jour

La pétition "Pour des colloques critiques envers l’islam et ses activistes" a été remise à ses destinataires

Lancée par l’ASVI, elle a connu un beau succès, près de 800 signatures. Le 10 octobre nous l’avons envoyée à ses destinataires, Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme et Hansjörg Schmid, directeur du Centre suisse islam et société.

Rappel: nous demandons à la CFR et au CSIS d’organiser des débats contradictoires où les intervenants n’aient pas tous le même avis. C’est ce qui s’est passé le 11 Septembre à l’université de Fribourg sur le thème "L’hostilité envers les musulmans". La quinzaine d’intervenants était unanime. Ce n’est digne ni d’une université, ni d’institutions qui affirment vouloir organiser des débats publics sur ces questions.

La presse a été informée par un communiqué. Si vous voyez une allusion à notre initiative, dites-le-nous!

Dès que la CFR et le CSIS nous aurons répondu, vous en serez informés.

La pétition du Tessinois Giorgio Ghiringhelli, "Il faut interdire les mouvements islamistes", a été remise à la Confédération le 29 septembre avec près de 1500 signatures.

"Si l’on veut arrêter que la propagation du terrorisme et le fanatisme religieux essaiment en Suisse, une interdiction de résidence devrait être adoptée en urgence pour empêcher que ces mouvements extrémistes, qui profitent de la liberté religieuse, puissent continuer de répandre cette idéologie politico-religieuse totalitaire et antidémocratique."

En savoir plus sur Change.org