Accueil

Automne 2016 - Information aux élus fribourgeois sur les projets du Centre suisse islam et société

Le CSIS, institution publique financée par les contribuables suisses, est censé oeuvrer pour l'intégration des musulmans par le dialogue et la tolérance. Pourtant, toutes ses activités tendent surtout à renforcer les nombreuses associations islamiques et l'emprise de l'islam sur des personnes - en particulier les jeunes - considérées d'office comme ses adeptes. Vu les valeurs véhiculées par l'idéologie islamique, les réelles intentions du CSIS devraient être questionnées. 

L'ASVI a écrit à plusieurs élus de Fribourg, canton qui abrite ce centre: membres du Grand Conseil, Conseil d'Etat, élus à l'Assemblée fédérale. Les députés ont ainsi reçu cette lettre ainsi que l'intégralité du billet de blog où notre présidente analyse le rapport final du CSIS "Formations continues sur l’islam en Suisse - Etat des lieux et analyse des besoins" publié cette année.

mises à jour

La pétition "Pour des colloques critiques envers l’islam et ses activistes" a été remise à ses destinataires

Lancée par l’ASVI, elle a connu un beau succès, près de 800 signatures. Le 10 octobre nous l’avons envoyée à ses destinataires, Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme et Hansjörg Schmid, directeur du Centre suisse islam et société.

Rappel: nous demandons à la CFR et au CSIS d’organiser des débats contradictoires où les intervenants n’aient pas tous le même avis. C’est ce qui s’est passé le 11 Septembre à l’université de Fribourg sur le thème "L’hostilité envers les musulmans". La quinzaine d’intervenants était unanime. Ce n’est digne ni d’une université, ni d’institutions qui affirment vouloir organiser des débats publics sur ces questions.

La presse a été informée par un communiqué. Si vous voyez une allusion à notre initiative, dites-le-nous!

Dès que la CFR et le CSIS nous aurons répondu, vous en serez informés.

La pétition du Tessinois Giorgio Ghiringhelli, "Il faut interdire les mouvements islamistes", a été remise à la Confédération le 29 septembre avec près de 1500 signatures.

"Si l’on veut arrêter que la propagation du terrorisme et le fanatisme religieux essaiment en Suisse, une interdiction de résidence devrait être adoptée en urgence pour empêcher que ces mouvements extrémistes, qui profitent de la liberté religieuse, puissent continuer de répandre cette idéologie politico-religieuse totalitaire et antidémocratique."

En savoir plus sur Change.org