Accueil

Été 2015 - Des musulmanes imposent les moeurs islamiques dans une piscine bâloise

Les autorités prennent des mesures, les Femmes UDC de Bâle-Ville lancent une pétition et l'ASVI écrit au directeur de l'Office des sports. Celui-ci nous répond (traduction en français par l'ASVI, original ici)... en éludant le problème.

Les faits

À Bâle, la piscine en plein air d’Eglisee offre un secteur réservé aux femmes, le « Fraueli ». Depuis 1931, ce bassin de 50 mètres entouré d’une aire herbeuse permet aux femmes qui le souhaitent de rester entre elles pour nager et bronzer, éventuellement accompagnées de leurs jeunes enfants (garçons jusqu'à 6 ans). Très apprécié pour sa tranquillité, il est fréquenté depuis 10 ou 15 ans par une certaine clientèle musulmane qui, elle, y voit un divertissement familial en accord avec ses exigences de ségrégation des sexes.

Ces clientes de plus en plus nombreuses viennent parfois d'autres cantons suisses, mais surtout d’Alsace et de Franche-Comté, et parfois du Land allemand de Bade-Wurtemberg. Déposées par leurs maris ou par des organisateurs d’excursions leur ayant selon toute vraisemblance vanté le Fraueli comme une piscine islamique, elles y passent une grande partie de la journée avec leurs enfants, représentant lors de fortes chaleurs jusqu’à trois quarts des utilisatrices.  

Les problèmes posés par ces femmes sont allés croissant. Ces dernières années, ils sont devenus insurmontables, faisant fuir une partie de la clientèle habituelle. Non contentes de se baigner parfois en vêtements de ville et de tricher sur l’âge de leurs garçons, certaines s’indignent de constater que les règles islamiques ne sont pas respectées. Le personnel masculin et des femmes seins nus ou en bikini sont insultés (« nazi », « porc pervers », « prostituée »).

À la Pentecôte 2014, suite à un épisode particulièrement tendu qui s’est conclu par l’intervention de la police parce que des femmes en étaient venues aux mains envers un maître-nageur, les semeuses de trouble ont été expulsées avec interdiction de revenir. Quelques jours après, l’affichage de pictogrammes signalant la présence d’employés masculins a provoqué un scandale à l'entrée, une fois les chauffeurs repartis.

Les nombreuses tentatives de conciliation (flyers, information en allemand et en français à la caisse, mais aussi intervention du Bureau de l'intégration, emploi d’une médiatrice, médiation par des membres de la Commission musulmane de Bâle) n’ont pas porté leurs fruits.

En été 2015, après un répit en juin/juillet dû au ramadan, les conflits ont repris de plus belle, amenant les autorités à augmenter le nombre de surveillants jusqu’à la fin de la saison et à prévoir une nouvelle réglementation.

Dès 2016, tout vêtement autre qu’un costume de bain sera interdit dans le périmètre des bains, donc dans la piscine et sur la pelouse environnante. Mais les burkinis compteront « bien évidemment » comme costumes de bains, selon Peter Howald, le directeur de l’Office des sports de Bâle-Ville. Par ailleurs, plus personne n’aura le droit d’amener des enfants de plus de 9 mois (les pataugeoires seront supprimées), et la tenue « topless » sera peut-être proscrite. Pour connaître le règlement définitif, il faudra attendre le printemps 2016.

Mise à jour octobre 2016: les Femmes UDC de Bâle-Ville ont remis leur pétition, munie de 723 signatures, aux autorités cantonales. Elles demandent une interdiction du burkini avant l'été 2017 (page SVP Frauen Basel-Stadt). Par ailleurs, une pétition demandant l'interdiction du burkini en Suisse a été lancée sur le site Change.org. Vous pouvez la signer ici.

 

mises à jour

La pétition "Pour des colloques critiques envers l’islam et ses activistes" a été remise à ses destinataires

Lancée par l’ASVI, elle a connu un beau succès, près de 800 signatures. Le 10 octobre nous l’avons envoyée à ses destinataires, Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme et Hansjörg Schmid, directeur du Centre suisse islam et société.

Rappel: nous demandons à la CFR et au CSIS d’organiser des débats contradictoires où les intervenants n’aient pas tous le même avis. C’est ce qui s’est passé le 11 Septembre à l’université de Fribourg sur le thème "L’hostilité envers les musulmans". La quinzaine d’intervenants était unanime. Ce n’est digne ni d’une université, ni d’institutions qui affirment vouloir organiser des débats publics sur ces questions.

La presse a été informée par un communiqué. Si vous voyez une allusion à notre initiative, dites-le-nous!

Dès que la CFR et le CSIS nous aurons répondu, vous en serez informés.

La pétition du Tessinois Giorgio Ghiringhelli, "Il faut interdire les mouvements islamistes", a été remise à la Confédération le 29 septembre avec près de 1500 signatures.

"Si l’on veut arrêter que la propagation du terrorisme et le fanatisme religieux essaiment en Suisse, une interdiction de résidence devrait être adoptée en urgence pour empêcher que ces mouvements extrémistes, qui profitent de la liberté religieuse, puissent continuer de répandre cette idéologie politico-religieuse totalitaire et antidémocratique."

En savoir plus sur Change.org